Financement des projets innovants au sein des PME

Stimuler la création et le développement des PME wallonnes innovantes : tel est le rôle de Novallia, la nouvelle filiale du groupe Sowalfin (Société wallonne de financement et de garantie des petites et moyennes entreprises

Recherche cash désespérément. Cette phrase résume bien la situation de nombreuses PME wallonnes en cette période de crise. Aussi, lorsqu’une nouvelle source de financement fait son apparition, il serait dommage de l’ignorer. Surtout si elle est là pour soutenir l’innovation. Pour rappel, en 2006 et 2007, dans le cadre du plan Marshall, le gouvernement wallon avait sollicité la Sowalfin pour le financement de projets innovants au sein des PME wallonnes. Ces deux expériences ont permis de soutenir quelque 25 projets. Le montant des prêts s’élevant, lui, à trois millions d’euros.

Vu le succès de ces deux appels à projets innovants, la Région a proposé à la Commission européenne de développer une mesure de ce genre dans le cadre du programme Feder 2007-2013. Proposition acceptée. C’est donc un budget de 46 millions (40 % fonds structurels, 60 % Région wallonne) qui est débloqué pour stimuler l’innovation. Quant à la mise en œuvre de cette nouvelle mesure, elle a été confiée à la Sowalfin, via sa nouvelle filiale, Novallia. Concrètement, Novallia s’adresse aux PME wallonnes qui ne sont pas considérées en difficulté financière. Tous les secteurs sont éligibles, à l’exception de ceux bénéficiant d’un traitement spécifique au niveau européen. Le montant du prêt, par projet, est de 500.000 euros maximum. « Ce prêt couvre au maximum 40 % des besoins en financement du projet d’innovation, note Anne Vereecke, administratrice déléguée de Novallia. Mais il peut être cumulé à d’autres outils financiers publics, comme les interventions des invests. Dans ce cas, le financement public peut monter à 75 %. »

Qu’entend-on par l’innovation ? Selon la définition de la Commission européenne, « c’est le renouvellement et l’élargissement de la gamme de produits et services, et des marchés associés ; la mise en place de nouvelles méthodes de production, d’approvisionnement et de distribution ; l’introduction de changements dans la gestion, l’organisation du travail ainsi que dans les conditions de travail et les qualifications des travailleurs. » « Les projets qui peuvent être soutenus seront très proches du marché », souligne Jean-Pierre Di Bartolomeo, président du comité de direction de la Sowalfin.

Comment les projets seront-ils sélectionnés ? Par un système d’appels à projets avec un jury indépendant. A priori, il y aura deux appels à projets par an. Le premier vient d’ailleurs d’être lancé et les dossiers doivent être introduits au plus tard le 8 novembre. Le suivant est annoncé pour janvier 2010. « Pour déposer sa candidature, il ne s’agit pas de remplir un formulaire type mais de réaliser un dossier selon un canevas précis », explique Anne Vereecke, soulignant ainsi la souplesse de la formule.
Novallia est donc un outil de plus pour soutenir l’innovation en Wallonie. Aux entreprises de se l’approprier.

Deloitte coache les jeunes entrepreneurs
Trente jours pour payer