L’Europe en avance sur son objectif de réduction 
des émissions de gaz à effet de serre

En revanche l’Ancien Continent serait en retard sur l’objectif d’augmentation de la part des énergies renouvelables. C’est une étude réalisée par Capgemini qui l’affirme.

La douzième édition de l’étude de Capgemini a été réalisée  avec la collaboration de Société Générale Global Research, CMS Bureau Francis Lefebvre et VaasaETT.

Sa conclusion est que l’Europe devrait atteindre et même dépasser son objectif de 20% de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixé par la Commission dans le cadre de la Directive Energie-Climat. Et cela malgré le fait que certains Etats Membres soient encore loin de leurs objectifs individuels.
Par contre, atteindre une part de 20% des énergies renouvelables dans le mix énergétique sera « difficile à réaliser, tout comme le troisième objectif de réduction de 20% de la consommation énergétique » (un critère toutefois facultatif au regard de la législation européenne). 
A un rythme certes moins soutenu qu’en 2008, les énergies renouvelables ont continué de se développer en 2009 grâce à la croissance des énergies éolienne et solaire (+15% et 53% respectivement).
Cette croissance n’est toutefois pas assez rapide pour permettre à l’Europe d’atteindre l’objectif de 20% d’énergies renouvelables dans son mix énergétique en 2020. Les régulateurs et les gouvernements devront donc augmenter les prix de l’électricité, constate l’étude. « Comme la Chine est devenue le premier exportateur mondial de panneaux solaires et l’Inde, le premier exportateur d’éoliennes, la montée en puissance de ces énergies en Europe conduit à une augmentation des importations plutôt qu’au développement de l’industrie et à la création d’emplois européens ».
Deloitte coache les jeunes entrepreneurs
Trente jours pour payer